Stade Jean Bouin

Notez ce pronostic: 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Aucune note
Loading...
Stade Jean Bouin du SCO d'Angers
Inscription Betclic

Le stade angevin de Jean Bouin, du nom d’un coureur de fond français médaillé d’argent aux Jeux-Olympiques de 1912, dispose d’une capacité de 16 500 places. Cette enceinte sportive de Ligue 1 compte quatre tribunes : Jean Bouin, Saint-Léonard, Colombier, et Coubertin.

Informations complémentaires
Club résident SCO Angers
Adresse 11, boulevard Pierre-de-Coubertin, 49000 Angers
Capacité 16 500 places
Record d’affluence 22 989 spectateurs
Inauguration du stade 1912
Président Saïd Chabane
Billeterie Acheter mes billets

Historique du stade

Au moment de son inauguration en 1912, l’installation sportive porte initialement le nom de Stade Bessonneau, qui reprend le patronyme des propriétaires ayant fondé le club résident de l’époque : le Club Sport Jean Bouin. Le Sporting Club de l’Ouest (SCO d’Angers), anciennement appelé Sporting Club du Crédit de l’Ouest, nait seulement en 1919, et deviendra le club principal de la ville à partir de 1931.

Le stade Bessonneau subit des travaux de rénovation en 1925, avant de passer sous le statut de stade municipal à partir de 1957, année où le SCO d’Angers écrit pour l’heure sa plus belle page d’histoire : montée en première division, finaliste de la Coupe de France, et titre de vice-champion de France (saison 1957-58). Cette même année, la ville décide de retirer la piste d’athlétisme qui entoure la pelouse, et bâtit la tribune Saint-Léonard sur deux étages. Le stade Bessonneau est rebaptisé Jean Bouin, sa capacité d’accueil dépasse alors les 21 000 spectateurs.

Stade Jean Bouin à Angers

L’enceinte du stade Jean Bouin à Angers – © Francetvinfo.fr

En 1973, le stade ne dispose plus que 18 000 places, dont 4 000 assises, la tribune Jean Bouin sortant de terre en 1978. En 1993, la réhabilitation de l’enceinte sportive s’engage suite à l’accession en première division du SCO d’Angers. La tribune Colombier voit le jour. Son architecture est similaire à celle des virages du Stade Vélodrome de Marseille, bien qu’elle soit plus ancienne. À la fin des années 1990, pour des questions de sécurité, la capacité est réduite à 17 000 places.

La butte en herbe mythique, qui faisait office de tribune naturelle, est définitivement rasée en 2010. Elle laisse place à la tribune Coubertin en tubulaire, proposant 5 400 places assises. En 2016, le projet de refonte de la tribune Colombier est lancé par la mairie. L’objectif est d’équiper les gradins d’une toiture, d’augmenter le nombre de places assises de 3 500 à 4 300, et de créer des espaces dédiés à des services complémentaires. Les travaux débuteraient lors de la saison 2016-2017, pour une livraison en 2018.

Maillot porté à domicile par le SCO Angers
Maillot domicile 2016 - 2016 porté par le SCO d'Angers

Source : Footpack.fr

Match de légende au stade Jean Bouin

Il ne faut pas remonter bien loin pour retrouver la trace d’un match de légende dans le stade Jean Bouin. En effet, le 22 mai 2015, le SCO retrouve le premier échelon national, joie à laquelle le club n’avait plus eu l’occasion de goûter depuis la saison 1993-1994. Ce soir là, les hommes de Stéphane Moulin affrontent Nîmes dans une ambiance surchauffée, lors de l’ultime journée de championnat de Ligue 2.

Si les places d’honneur accumulées depuis quelques saisons font languir les supporters, un match nul suffirait à leur bonheur. C’était sans compter sur la désormais célèbre « dalle angevine », invoquée par les joueurs tout au long de la saison, qui va faire chavirer de bonheur un public amassé dans des tribunes combles. Le SCO se présente pourtant sur le terrain privé de trois joueurs majeurs : l’expérimenté milieu offensif Yoann Eudeline, le défenseur Bouka Moutou, et Jonathan Kodjia, fraîchement élu meilleur joueur de Ligue 2 . Les quelques doutes sont néanmoins vite dissipés, lorsqu’à la 40ème minute, N’Gosso ouvre son compteur personnel et celui de son équipe, en reprenant victorieusement un coup franc tiré de la droite par Charles Diers.

Au retour des vestiaires, l’avant-centre Sacha Clémence (49ème) tue tout suspens, en reprenant du plat du pied un centre venu de la gauche. Ce dernier s’offre un doublé à l’heure de jeu de la tête, suite à un nouveau débordement côté gauche signé Camara. Au coup de sifflet final, les supporters sont en liesse, et envahissent la pelouse pour fêter bruyamment cette 3ème place, synonyme de retour dans l’élite du football français.

Anecdotes de l’enceinte

Le SCO dispute son premier match officiel le 19 octobre 1919 contre le voisin du Stade Nantes Université Club, futur Football Club de Nantes. Toutefois, le SCO n’évolue pas encore dans le stade Bessonneau, sauf en 1921, lorsque le club accueille les stars de l’Olympique de Paris en 32ème de finale de la Coupe de France, rencontre se soldant par une cinglante défaite (0-8).

22 989 spectateurs : c’est la plus grande affluence de Jean Bouin, obtenue en 1969 lors de la demi-finale de Coupe de France contre l’Olympique de Marseille (0-0). En championnat, le record est de 21 250 spectateurs. Il est établi, en 1961, contre le Stade Reims de Kopa et de l’entraîneur Albert Batteux (victoire 3-2).

Enfin, sachez que le stade angevin a été le premier à voir une femme arbitrer un match professionnel. En effet, Sabine Bonnin, 4ème arbitre, remplace à la mi-temps de la rencontre Angers-Tours, du 24 octobre 2008, l’arbitre central blessé.

Inscription Unibet
Victor Lerat232 Articles

Consultant SEO indépendant et webmaster à mes heures perdues, je suis aussi un grand passionné de sports en tout genre. Joueur amateur de football, je supporte l'OL et suis amoureux du jeu Barcelonais.

Contribuer à cet article