Comme on dit dans le jargon du football

Comme on dit dans le jargon du football
Inscription Parions Sport

Chaque sport possède son jargon. Certains mots sont plus ou moins familiers avec notre langue française. Mais parfois il faut quand même l’explication ou la traduction d’un spécialiste ou d’un connaisseur. Vous avez découvert le jargon du cyclisme mais vous débutez dans le monde du ballon ? Vous êtes un amateur de football mais certaines expressions vous sont étrangères ? Pas de panique, Wallabet vous explique, non sans humour, les principaux termes footballistiques.

Vos crampons sont bien lacés ? C’est parti !

– Prendre les trois points : Aucun lien avec la fameuse fistinière. Dans la majorité des championnats modernes, remporter un match apporte 3 nouveaux points à l’équipe au classement. Du coup il n’est pas rare d’entendre entraîneurs et joueurs déclarer : « L’important, c’est les trois points ! »

– Marquer quelqu’un à la culotte : L’expression n’est pas à prendre au pied de la lettre. Quand un coach demande à son défenseur de marquer l’attaquant adverse « à la culotte », ça signifie qu’il ne doit pas le lâcher d’une semelle. Après pour y arriver, rien n’interdit le défenseur de réellement tenir les sous-vêtements des adversaires pour perturber leur jeu…

Ah si, l’éthique.

Marquer à la culotte

– Prendre l’aile : Quand vous entendez Maïté dire qu’elle va « prendre l’aile », il y a peu de chance qu’elle soit sur un terrain de foot en train d’accélérer le long de la ligne de touche pour centrer son ballon. Car c’est bien à cela que rapporte l’expression dans le milieu du ballon rond.

– Le renard des surfaces : David Trezeguet, « Pipo » Inzaghi ou encore Miroslav Klose sont des « renards des surfaces ». Les néophytes s’attendent à les voir avec une queue, couverts de poils bruns et traqués par des chasseurs dans les sous-bois. Et bien que nenni. Un « renard des surfaces » désigne un attaquant qui est toujours bien placé devant les buts adverses, qui « sent le jeu », qui aura aussi tendance à se faire oublier, et qui marquera des buts peu spectaculaires mais tellement efficaces !

– Réaliser le coup du chapeau : Et un, et deux, et trois zéro ! Ce chant est bien connu des français depuis ce fameux soir de juillet 1998. Réaliser un coup du chapeau, cela revient à inscrire trois buts dans une seule et même rencontre. Appelé « hat-trick » en anglais, l’expression aurait pour origine l’année 1858. Un joueur de cricket réussit trois actions décisives (en l’occurrence faire tomber trois guichets) dans une partie. Une quête fut alors organisée par les fans du club pour lui offrir en remerciement… un chapeau. Dans le monde du football, cette expression fut popularisée en 1966 après le triplé réalisé par le britannique Geoffrey Hurst en finale de la Coupe du Monde.

coup du chapeau

– Déborder : Qu’un enfant déborde, on trouve cela normal. Qu’un ado déborde, on commence à trouver cela inquiétant. Qu’un footballeur déborde, on trouve cela impressionnant et on applaudit. Y a pas d’justice ma pov’ dame ! Car déborder dans le monde du football, ça revient plus ou moins à « prendre l’aile » (voir plus haut). On accélère sur un côté pour prendre à revers le latéral adverse.

– Les matchs de poule : Terme idéal pour perdre une personne ne s’y connaissant pas en football. Oui oui, les matchs de poule sont des matchs de football. Mais attention : les footballeurs ne sont pas des poules ! C’est là la subtilité… En réalité, un « match de poule » et synonyme d’un match de groupe. Les équipes sont alors réparties dans des mini-championnats de 3 équipes ou plus. C’est d’ailleurs de là que viendrait l’origine de l’expression: une banale francisation du terme anglais « pool » désignant dans ce contexte un groupe.

match de poule

– Manger la feuille de match : Là encore, c’est une image. Un joueur dont on dit qu’il a « mangé la feuille de match » ne signifie pas qu’il s’est rempli l’estomac mais plutôt qu’il a raté une occasion de but (généralement en fin de rencontre) qui aurait pu changer du tout au tout le résultat final.

 En bonus, le combo ultime sponsorisé par Jean-Pierre Coffe :

« Prendre l’aile » puis « manger la feuille de match ».

– Une passe téléphonée : Les progrès de la science, l’émergence de Skype, des réseaux sociaux…. Maintenant dans le foot on peut envoyer son ballon par téléphone en envoyant PASSE au 7 13 13. PASSE au 7 13 13. Mais vu qu’on capte mal dans les stades de foot, la passe n’arrive pas bien. Voilà ce qu’est une « passe téléphonée ». C’est une passe ratée car trop tirée par les cheveux.

____________________________________

Vous voilà fin prêts pour suivre vos joueurs préférés, dans les stades de Ligue 1, à travers notre compte Twitter, ou devant votre TV !

Inscription Parions Sport
Maxime David256 Articles

Tel Obélix, je suis tombé dans le monde du foot étant petit. Mon club de cœur est et restera le FC Nantes. Quand je ne rédige pas pour Wallabet, je fais enrager mes adversaires sur FIFA avec douceur et légèreté.

Contribuer à cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.