Les « pétages de plombs » en Coupe du Monde

Suarez - Coupe du Monde 2014
Inscription Parions Sport

[gdl_gallery title= »GALLERY_TITLE » width= »IMAGE_SRC » height= »IMAGE_HEIGHT » ]

Luis Suarez n’est pas seul. Après son coup de sang/dents hier, la planète football est unanime et fustige l’uruguayen, au talent incroyable, mais au comportement de joueur de district. Cela revient à oublier l’historique de la Coupe du Monde, riche en « pétages de plombs » en tout genre. Petite liste non exhaustive.

Frank Rijkaard, Coupe du Monde 1990

Dans son propre jardin d’alors, San Siro, le Batave a fauté. Pourtant célèbre pour son sang-froid, il écope d’un carton rouge dès la 22ème minute de jeu du huitième de finale face à l’Allemagne, après une altercation avec Rudi Völler. Le match est tendu. Après un plongeon de l’attaquant allemand dans la surface de réparation, tentant d’esquiver la sortie du gardien, Rijkaard voit rouge et ne peut s’empêcher de lui tordre l’oreille et de cracher dans les cheveux bouclés de son ennemi du jour. Evidemment,  Völler riposte et les deux joueurs se font exclurent sur-le-champ. L’Allemagne finira par gagner la rencontre 2 buts à 1 et va même conquérir son 3ème titre mondial à l’issue de la compétition. Deutsch qualität.

Leonardo et Tassotti, Coupe du Monde 1994

Le Brésil est associé aux plus beaux moments de l’histoire de la Coupe du Monde, mais en 1994, lors du huitième de finale qui oppose la Seleção aux États-Unis, alors organisateurs du tournoi, Leonardo commet un vilain geste. Frustré du match, il s’en prend à Tab Ramos en lui assenant un brutal coup de coude au visage. L’arrière gauche brésilien a été renvoyé du terrain et interdit de jeu durant quatre matchs. Quant à Ramos, il souffrira d’une fracture du crâne et passa des mois à l’hôpital où Leonardo lui rendit visite pour s’excuser.

Mauro Tassotti n’a pas connu une carrière internationale flamboyante (8 sélections), mais un fait de jeu l’a fait entrer dans l’histoire des Coupes du Monde.  Lors du quart de finale contre l’Espagne, alors que l’Italie mène 2 à 1 et qu’il ne reste que quelques secondes à jouer, un centre espagnol vient de la gauche et Tassotti, à la lutte au second poteau avec l’Espagnol Luis Enrique, lui adresse un coup de coude terrible au départ de l’action. L’espagnol réclame un pénalty, le visage en sang, mais ne l’obtiendra jamais ! Les images font le tour du monde et Tassotti fût suspendu 8 matchs par la commission de discipline de la FIFA. Il ne rejouera plus jamais pour la sélection italienne, qui ira jusqu’en finale de l’édition 1994.

Ortega, Coupe du Monde 1998

Les argentins sont des joueurs sanguins, à l’image d’Ortega, qui « péta un câble » en quart de finale face aux Pays-Bas. Le score est de 1-1 à quelques minutes du coup de sifflet final et l’atmosphère est très tendue. Ortega dribble son vis à vis à l’entrée de la surface, se fait crocheter par un fantôme et réclame un penalty qu’il n’obtiendra pas. Vexé par les provocations d’Edwin Van Der Sar, venu le sermonner, il se relève et lui lance un coup de tignasse sous le menton. L’argentin se fait exclure et ne pourra voir que des vestiaires le but victorieux de Denis Bergkamp, deux minutes plus tard (89ème), qui éliminera son pays.

Zidane, Coupe du Monde 1998

Le 18 Juin 1998, la France dispute son deuxième match de poule face à l’Arabie Saoudite. Les Bleus contrôlent parfaitement un match qu’ils remportent finalement 4-0. Entre-temps, Zidane reçoit un carton rouge pour s’être essuyé les crampons sur le dos d’un Saoudien qui venait de le tacler irrégulièrement.  Zidane quitte le terrain alors qu’il reste 20 minutes à jouer. Furieux, le sélectionneur Aimé Jacquet ne lui adresse pas le moindre regard. Le numéro 10 tricolore écope de deux matchs de suspension. La suite est connue de tous. Et 1, et 2 et 3 ZERO !

A 3min 25

Simunic, Coupe Du Monde 2006

Le 22 juin 2006, la Croatie rencontre l’Australie en Coupe du Monde lors de la phase de poule dans un match houleux et qui fera couler beaucoup d’encre par la suite.  En effet, le défenseur croate Simunic a écopé de trois cartons jaunes dans le match, pour ne se faire expulser qu’après le troisième avertissement. Après une faute à la limite de la surface de réparation à la 62e minute, Simunic écope d’un premier avertissement non discutable de la part de M. Graham Poll. Ensuite, à la 90e minute, le défenseur reçoit un second carton pour un tacle bien viril sur un joueur australien. L’arbitre sort un carton jaune, mais ne sort pas de carton rouge, pourtant pas immérité. Personne ne conteste et il faudra attendre une autre faute du joueur croate pour que l’arbitre sorte un troisième carton jaune et enfin un carton rouge ! Au final, la Croatie et l’Australie se sépareront sur un score nul de 2 buts partout. Monsieur Graham Poll sera alors très contesté après cette rencontre et il renoncera de lui-même à arbitrer des rencontres internationales.

Luis Suarez, Coupe du Monde 2014

Luis Suarez donnait l’impression de s’être repenti, après sa suspension de 10 matchs la saison passée. Il a tellement tout donné avec Liverpool pour atteindre la Ligue des Champions, qu’il s’est blessé et a dû être opéré juste avant la compétition. Il ne joue pas le premier match, perdu par l’Uruguay face au Costa-Rica, revient face à l’Angleterre et marque un doublé qui permet à son pays d’y croire encore. Durant le dernier match de poule face à l’Italie, hier, son vampirisme refait surface. 80ème minute, alors que les deux équipes sont à égalité et l’Uruguay éliminée virtuellement, il mord Chiellini à l’épaule lors d’un duel rugueux dans la surface. L’arbitre ne voit rien et Godin fini même par donner la victoire sur corner à la Celeste. Cependant, l’uruguayen risque de se faire suspendre jusqu’à la fin de la compétition par la commission de discipline de la FIFA, plutôt sévère en cas de récidive.

Bonus, Koweit 1982 :

Parfois, ce ne sont pas les joueurs qui voient les fils de leur cerveau se toucher. Cela se passe de commentaire :


(On aurait pu mettre : Portugal / Pays-Bas 2006, Zidane 2006, Aldridge 1990, Schumacher 1982,…)

On entend souvent dire que l’histoire retient uniquement les vainqueurs. Cependant, elle retient également ses méchants acteurs et la beauté de la plus grande compétition de football au monde est faite de gestes parfois antisportifs, mais avant tout humains.

Inscription Parions Sport
Wallabet479 Articles

Article rédigé par un ancien rédacteur qui ne fait malheureusement plus partie de la Team. Pour des raisons d'optimisation, ces articles sont transférés sur un compte unique au nom de Wallabet. Nous tenons tout de même à remercier le rédacteur qui a rédigé ce billet.

Contribuer à cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.